Menu

Le gouvernement de la NC à Hnaizianu


Rédigé le Mardi 22 Mars 2016 à 14:37 | Lu 80 commentaire(s)


Mme IEKAWE, chargée de l’Enseignement du gouvernement de la NC, découvre HNAIZIANU


C’est un jour particulier pour l’établissement de HNAIZIANU, ce vendredi 19 février 2016. Bien sûr c’est la fin de la 1ère semaine de la rentrée scolaire 2016, mais il y a également la visite des membres et personnalités importantes de l’enseignement du pays. 

On notera la présence de :
-Mme Hélène IEKAWE, chargée de l’enseignement au gouvernement de la NC et ses collaborateurs
-Mr RINGARD Directeur Général de l’enseignement et ses collaborateurs.
-Le secrétaire général du Vice rectorat
-Les inspecteurs des collèges et du primaire
-Mme VERLAGUET, directrice des écoles primaires
-Mme Danielle GUANERE, chargée de langues kanakes au Vice rectorat
-Mme Maleta QALA, chargée de l’enseignement de la Province des îles.
Mme Eliane CAIHE, chargée de l’enseignement à la commune de Lifou 

Arrivés avec près de deux heures de retard sur leur programme, ils ont été accueillis par la classe de Mme Rose Waselie, suivis des gestes présentés par Mr Kapia et Belë.

La visite a été ponctuée par des passages dans les classes. L’objectif étant : «  de se rendre sur le terrain et de mesurer les effets de la rentrée scolaire » a précisé Mme IEKAWE. Elle se dit très satisfaite et tient aussi à saluer l’ensemble de l’équipe pédagogique  et éducative pour l’engagement et le dévouement. Le projet éducatif sera un levier important pour impulser une dynamique entre tous les acteurs de l’enseignement dans le pays, et elle y veillera à ce que les moyens soient effectifs pour réaliser ensemble les défis de la formation de notre jeunesse.
Mr RINGARD, le nouveau vice-recteur général de  l’enseignement a particulièrement remercié les élèves du primaire qui lui a réservé un accueil chaleureux, en insistant sur la richesse de la vie en communauté, nécessaire pour favoriser le cadre de travail des élèves. 

A travers ce parcours, commencé au collège, puis à l’internat nous avons échangé et porté en surface les besoins liés au fonctionnement de l’établissement  en infrastructures et équipements :
-Pour les enseignements spécialisés (CDI, salle info, salle techno…)
-Egalement la volonté de développer davantage l’accès à internet.
-Renforcer les réseaux de prise en charge de nos établissements, afin de faire face aux besoins du fonctionnement de notre enseignement
-Enfin, la demande d’un foyer socio-éducatif s’ajoute aussi à cette liste de doléances, transmises à nos responsables. 




L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    


INVITES A L'ASSEMBLEE GENERALE DE LA FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE

Les responsables des églises protestantes du pays, invités à l’AG de la FPF à Paris.

Les invités sont arrivés au Défap, où ils étaient hébergés, quelques jours avant les premières rencontres à la Maison du protestantisme, au 47 rue de Clichy, dans le neuvième arrondissement : une délégation des Églises de Nouvelle-Calédonie, présente à Paris à l'invitation de la Fédération Protestante de France (FPF), qui tenait son Assemblée Générale. Cette délégation comprenait le pasteur Höcë KAEMO, président de l'Église Protestante de Kanaky Nouvelle-Calédonie (EPKNC) et son épouse, pasteure Marie-Claire KAEMO, directrice du Centre de Formation Pastorale et Théologique de Béthanie ; le pasteur Yvon DEA, président des Assemblées de Dieu de Nouvelle-Calédonie ; le pasteur et aumônier Marc PERRIN, Assemblées de Dieu de Nouvelle-Calédonie ; le pasteur André BEINON, président de l'Église évangélique libre de Nouvelle-Calédonie.
Les membres de cette délégation étaient également invités à la conférence-débat animée le jeudi 31 janvier par le professeur Frédéric Rognon, sur le thème : «La Nouvelle-Calédonie après le référendum : quels défis pour les Églises ?». Car dans cette terre loin de la métropole et de sa conception de la laïcité, la religion a un rôle crucial à jouer. Selon ce mot de l'ancien Haut-Commissaire Vincent Bouvier : «Ce sont des hommes d'Église qui ont permis, souvent en désaccord avec les autorités de l'époque, de poser un regard différent sur l'identité Kanak. La religion a un rôle majeur à jouer dans la gestion des tensions et le maintien du dialogue.» Et de Maurice Leenhardt jusqu'à Jacques Stewart, les protestants de métropole et ceux de Nouvelle-Calédonie entretiennent depuis longtemps des relations singulières. Ce qu'avait rappelé François CLAVAIROLY, le président de la FPF, en évoquant «l'histoire partagée du protestantisme kanak et du protestantisme anglais puis français» à la suite de sa visite au Pays en mai 2018 en compagnie d'Emmanuel Macron, à quelques mois du référendum d'autodétermination qui s'est déroulé en novembre, et a vu la victoire, attendue mais moins nette que ne le prédisaient les sondages, du maintien dans la France.
Une table ronde animée par Didier Crouzet, secrétaire général de l'EPUdF, a réuni le 26 janvier au 47 rue de Clichy, à la Maison du protestantisme, les pasteurs Var et Marie-Claire Kaemo, le pasteur André Beinon et les pasteurs Yvon Dea et Marc Perrin, hôtes d'honneur de l'assemblée générale de la FPF. (Article Defap)
 

 



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Flickr
YouTube
Rss

Galerie
Aurora Borealis - Bear Lake, Alaska
Science World
PIC_1615
Walk Faster
PIC_1611
Star Walkers