Menu

LA PAROISSE DE ATHA ACCUEILLE LES JEUNES DE L'EPKNC POUR LEUR ASSEMBLEE GENERALE


Rédigé le Mardi 12 Février 2019 à 14:39 | Lu 96 commentaire(s)


Du 12 au 21 janvier 2019, plus de 300 jeunes ont répondu à l’appel de l’Eglise Protestante de Kanaky Nouvelle-Calédonie


 Du 12 au 21 janvier 2019, plus de 300 jeunes ont répondu à l’appel de l’Eglise Protestante de Kanaky Nouvelle-Calédonie, membre de la Cevaa. Ils se sont retrouvés dans la paroisse de Atha, consistoire Tawainedr, région de  Nengone, pour l’assemblée générale annuelle des jeunes de l’Eglise, deux mois après le référendum d’autodétermination.  L’occasion de faire le bilan de ce temps politique important et de clôturer la réflexion engagée il y a deux ans autour du thème « Concitoyens d’un pays nouveau » (Ephésiens 2,19). Venus de Drehu, Iaai, Nengone et de Momawe, les jeunes ont pu engager la réflexion et les échanges grâce au sous thème de la semaine : « La grande famille de Dieu ». Les questions qui ont accompagnées au quotidien les échanges étaient ainsi formulées : « quel est mon rôle, en tant que jeune, dans la grande famille de Dieu et comment la maison de Dieu se trouve t-elle ? »
Peu à peu, s’est dessiné le parallèle avec l’édification de la grande case. Chaque élément de la case, même le plus petit, a son importance, et est déterminant dans la mise en place de l’édifice. 
Il faut que chaque élément soit à sa place pour que la construction collective prenne forme et puisse créer le lien nécessaire à la communauté. A partir de ces réflexions, il a été demandé aux jeunes quel élément de la case pouvait leur correspondre, quel est leur place dans la construction collective de la société. Pour renforcer l’engagement et pour encourager les jeunes à s’affirmer, il a été souligné à plusieurs reprises à quel point, chaque élément de la case et de la société est important : qu’importe sa taille, sa forme ou le poids de sa foi, l’édifice (matériel ou immatériel) ne peut tenir sans la présence et l’engagement de chacun.
Après le référendum d’autodétermination, un projet de société a été défendu pendant la semaine. Autour de l’acceptation d’autrui, l’idée du vivre ensemble a été mis en avant : regrouper les différentes cultures du Pays afin de les réunir autour du texte biblique et, ainsi, les amener à vivre ensemble dans la paix et l’amour de ce pays. Si on compare avec les deux derniers rassemblements (à Iaaï en 2017 et Ouindo en 2018), nous pouvons voir que les réflexions de l’EPKNC ont pris, cette année, une nouvelle tournure. Avant le référendum, nous nous étions beaucoup concentrés sur la notion d’identité au sein d’un Pays nouveau de Kanaky. Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir à qui appartient cet endroit de la terre mais bien de savoir comment y vivre ensemble à travers nos différences pour, ensemble, bâtir ce Pays en construction. L’EPKNC a ainsi vu la main de Dieu sur le référendum du 4 novembre 2018. Pendant deux ans, ce vote a été préparé dans les prières par la communauté des croyants et nous avons été entendus car ce jour historique s’est déroulé dans le calme, dans la  paix, et dans la sagesse soutenu par un fort engagement des jeunes. Affirmer son identité dans le respect : voilà le sens de nos prières entendues par Dieu. Cette question de comment accepter l’autre pour, dans le même temps, s’accepter soi-même, s’est construite en écho aux préoccupations exprimées par les jeunes durant la semaine. En effet, dans la boite à idées destinées à recevoir les propositions des sujets de prières, nous avons pu constater que les participants venaient avant tout chercher des solutions pour retrouver un bien-être en eux et au sein de la famille. Beaucoup essayaient de trouver une réconciliation familiale alors même que la politique ou des problèmes sociaux avaient fait éclater les bases de cette case qu’est la famille, nécessaire à tous pour une construction saine de la personne. Chaque échange a donc été mené de telle sorte que chaque jeune puisse repartir comme balise du Christ dans le grand lagon du Pays. Les échanges ont été tellement denses que les jeunes sont repartis non seulement comme balises du Christ, mais aussi comme balises de la société. Pour les guider : la foi, mais également le vivre ensemble, l’acceptation de l’autre et de quoi nourrir leurs réflexions pour devenir des messagers de paix et de réconciliation au sein de leur famille. Enfin, deux interventions ont, plus particulièrement, contribué à donner à la rencontre un caractère historique et philosophique fort. Le pasteur KAEMO Var Président de l'Église Protestante de Kanaky Nouvelle Calédonie, a rappelé comment notre Eglise est née le 24 juillet 1958, pourquoi elle a changé de nom en 2013 lors du Synode de Thuahaik (passant de « Eglise Évangélique en Nouvelle-Calédonie » à l’EPKNC) et comment elle a évolué depuis son autonomie (le 24 avril 1960) jusqu’à aujourd’hui pour toujours prendre des décisions face aux situations traversées par le peuple de Dieu (engagement d’accompagnement du peuple de Dieu proclamé par l’EPKNC en 1979 à Gouarou). Ce changement de nom s’inscrit dans la pleine application des Accords de Matignon puis de l’Accord de Nouméa, mettant en avant les origines ethniques plurielles des croyants qui constituent la force du pays en construction. Le pasteur KAEMO Var a également souligné l’importance de notre Eglise, l’Eglise Protestante de Kanaky Nouvelle-Calédonie, membre de la Cevaa et principale Eglise protestante historique de Kanaky-Nouvelle-Calédonie avec, à ce jour, environ 70 000 membres (dont beaucoup dans la communauté kanak, environ 95% de nos fidèles). Le pasteur DAHOTE Malaki a ensuite proposé une réflexion sur la théologie Kanak et comment, à partir de la philosophie kanak (avec la symbolique de la case par exemple), avoir les clefs pour construire ce pays nouveau avec autrui.
Cette assemblée générale 2019 a été riche en partages et en réflexions avec une excellente participation des jeunes. L’objectif initial d’apprendre aux jeunes à dialoguer avec la Bible et avec Dieu a été respecté et de petits miracles ont eu lieu. Comme cette révélation vécue par Camille NAPOÉ, jeune de la paroisse de Ouindo (Poindimié, où avait lieu le rassemblement l’année dernière), qui s’est levé pour annoncer son intention de s’engager pour suivre une formation à l'école Pastorale et Théologiques de Béthanie pour devenir Pasteur. De quoi entretenir et raviver l’engagement de tous les serviteurs de Dieu à travers l’EPKNC, à l’image de Kuanene Wea, pasteur de la paroisse de Gelima (Canala) et animateur des jeunes dans le Pays Momawe, très ému lors de l’annonce de ce nouvel engagement au service du Seigneur.En 2020, l’assemblée générale des jeunes de l’EPKNC se tiendra à Lifou. Un nouveau thème a été décidé par la Commission Théologique de l’EPKNC (la COMITH) : « Familles, Evangile et Cultures dans un monde en mutation ».
Une nouvelle réflexion de deux ans, alimentée par des échanges autour de sous-thèmes, s’engage à ce jour.  (Pasteur WEA Kuanene Daniel)


 

Comme à chaque assemblée générale, le défilé des jeunes par régions pour le comptage des jeunes participant à l'AG : Plus de 300 jeunes à cette AG 2019 à Atha, Nengone.
Comme à chaque assemblée générale, le défilé des jeunes par régions pour le comptage des jeunes participant à l'AG : Plus de 300 jeunes à cette AG 2019 à Atha, Nengone.

Animation : chants pendant le défilé
Animation : chants pendant le défilé

Responsables des délégations : Bon courage !!!
Responsables des délégations : Bon courage !!!

Atelier Animation Biblique : " La grande famille de Dieu "
Atelier Animation Biblique : " La grande famille de Dieu "

Pasteur Kuanene WEA, animateur avec un responsable d'atelier lors des restitutions des travaux en ateliers sur les partages bibliques.
Pasteur Kuanene WEA, animateur avec un responsable d'atelier lors des restitutions des travaux en ateliers sur les partages bibliques.



" O mon pays, mon pays, écoute la parole du Seigneur " (Jérémie 22/29)

" Je vous donnerai un coeur neuf et je mettrai en vous un esprit neuf ; j'enlèverai de votre corps le coeur de pierre et je vous donnerai un coeur de chair "  (Ezéchiel 36/26)

Tu me fais savoir quel chemin mène à la vie. On trouve une joie pleine en ta présence, un plaisir éternel près de toi 
                                                              (Psaume 16/11)



L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    


INVITES A L'ASSEMBLEE GENERALE DE LA FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE

Les responsables des églises protestantes du pays, invités à l’AG de la FPF à Paris.

Les invités sont arrivés au Défap, où ils étaient hébergés, quelques jours avant les premières rencontres à la Maison du protestantisme, au 47 rue de Clichy, dans le neuvième arrondissement : une délégation des Églises de Nouvelle-Calédonie, présente à Paris à l'invitation de la Fédération Protestante de France (FPF), qui tenait son Assemblée Générale. Cette délégation comprenait le pasteur Höcë KAEMO, président de l'Église Protestante de Kanaky Nouvelle-Calédonie (EPKNC) et son épouse, pasteure Marie-Claire KAEMO, directrice du Centre de Formation Pastorale et Théologique de Béthanie ; le pasteur Yvon DEA, président des Assemblées de Dieu de Nouvelle-Calédonie ; le pasteur et aumônier Marc PERRIN, Assemblées de Dieu de Nouvelle-Calédonie ; le pasteur André BEINON, président de l'Église évangélique libre de Nouvelle-Calédonie.
Les membres de cette délégation étaient également invités à la conférence-débat animée le jeudi 31 janvier par le professeur Frédéric Rognon, sur le thème : «La Nouvelle-Calédonie après le référendum : quels défis pour les Églises ?». Car dans cette terre loin de la métropole et de sa conception de la laïcité, la religion a un rôle crucial à jouer. Selon ce mot de l'ancien Haut-Commissaire Vincent Bouvier : «Ce sont des hommes d'Église qui ont permis, souvent en désaccord avec les autorités de l'époque, de poser un regard différent sur l'identité Kanak. La religion a un rôle majeur à jouer dans la gestion des tensions et le maintien du dialogue.» Et de Maurice Leenhardt jusqu'à Jacques Stewart, les protestants de métropole et ceux de Nouvelle-Calédonie entretiennent depuis longtemps des relations singulières. Ce qu'avait rappelé François CLAVAIROLY, le président de la FPF, en évoquant «l'histoire partagée du protestantisme kanak et du protestantisme anglais puis français» à la suite de sa visite au Pays en mai 2018 en compagnie d'Emmanuel Macron, à quelques mois du référendum d'autodétermination qui s'est déroulé en novembre, et a vu la victoire, attendue mais moins nette que ne le prédisaient les sondages, du maintien dans la France.
Une table ronde animée par Didier Crouzet, secrétaire général de l'EPUdF, a réuni le 26 janvier au 47 rue de Clichy, à la Maison du protestantisme, les pasteurs Var et Marie-Claire Kaemo, le pasteur André Beinon et les pasteurs Yvon Dea et Marc Perrin, hôtes d'honneur de l'assemblée générale de la FPF. (Article Defap)
 

 



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Flickr
YouTube
Rss

Galerie
Aurora Borealis - Bear Lake, Alaska
PIC_1622
Walk Faster
Capped
Earth Horizon with UFO or Star
PIC_1615